Glossaire

a

Acier : n.m. Alliage métallique à base de fer contenant une petite quantité de carbone (<2%) et éventuellement des éléments d'addition dits éléments d'alliage.

Aiguille : n.f. Tige ou barre travaillant la traction et supportant en son centre le tirant de certaines fermes.

Aile : n.f. Chacune des deux branches d'une cornière ou d'une équerre dans une poutrelle, partie de la section qui est perpendiculaire à l'âme.

Ame : n.f. Partie centrale d'un profilé, d'une poutre, reliant deux ailes, dans un plan généralement perpendiculaire à ces dernières.

Ancrage : n.m. Ensemble des moyens employés pour solidariser un poteau avec sa fondation.

Arbalétrier : n.m. Membrune supérieure de la poutre triangulaire appelée ferme qui, dans un comble, supporte les pannes et les autres éléments de la toiture.

Arc : n.m. Portion limitée d'une courbe. Poutre affectant une forme courbe plus ou moins prononcée ; on dit alors de l'arc qu'il est plus ou moins tendu. Arcs encastrés : reliés rigidement à leurs appuis. Arcs à deux articulations : reposant sur leurs appuis par l'intermédiaire d'un appareil à rotule situé, en principe, à chaque extrémité de l'arc. Arcs à trois articulations : possèdant, en plus des deux précédentes, une articulation au milieu de l'arc dite "articulation de clé".

b

Bavure : n.f. Excès de métal qui déborde sur la tranche d'une pièce que l'on vient de couper ou au bord d'un trou après perçage ou poinçonnage.

Béquille : n.f. Partie verticale ou poteau de l'ossature d'un portique.

c

Charpente : n.f. Ensemble de pièces composant l'ossature des combles d'un bâtiment.

Chevron : n.m. Profilé métallique appuyé sur les pannes et supportant les lattis ou le voligeage qui reçoivent la couverture.

Cintrer : v. Donner une forme courbe. Réaliser un étaiement ou soutènement à l'aide de cintres.

Console : n.f. Poutre à une travée encastrée à une extrémité et libre à l'autre.

Contreventement : n.m. Dispositif assurant la stabilité d'un bâtiment d'une ossature, et s'opposant au renversement des constructions sous l'action des forces horizontales.

Coupole : n.f. Construction en forme de calotte sphérique établie sur un plan circulaire ou polygonal.

Couronnement : n.m. Pièce métallique disposée à la partie supérieure des pans de fer et des ossatures de bardage.

d

Descente de charges : n.f. Calcul de la transmission des charges cumulées vers les points d'appui et les éléments porteurs d'un ouvrage. Graphique des résultantes des forces exercées par les différentes parties d'une structure, d'une voûte, d'une charpente, et de leurs applications vers les appuis.

Diagonale : n.f. Barre placée en diagonale dans les panneaux d'une poutre en treillis ou d'une construction triangulée en général.

Dôme : voir coupole

Dressage : n. m. Opération réalisée le plus souvent dans une "dresseuse" et ayant pour but de rendre rectilignes des barres déformées.

Dynamique (effets) : n.m.pl. Comportement des structures sous l'effet de mises en charges brutales (chocs) ou périodiques entretenues (vibrations), pouvant conduire à une majoration des contraintes maximales.

e

Embase : n.f. Terme définissant d'une manière générale la partie inférieure d'une construction. Partie constituée par les pièces d'appui qui forment l'extrémité d'un poteau, par laquelle il transmet ses sollicitations aux fondations d'un ouvrage.

Endurance : n.f. Aptitude d'un métal à supporter un nombre infini de cycles de sollicitation en fatigue sans se rompre. Pour les aciers cette aptitude est quantifiée par la valeur de la limite d'endurance.

Extrados : n.m. Surface ou ligne extérieure d'un arc, d'une ferme, ou d'une poutre de pont.

Extrusion : n.f. Procédé de formage permettant d'obtenir des barres complexes par écoulement de métal sous des pressions élevées entre un poinçon et une matrice.

f

Ferme : n.f. Poutre généralement triangulaire, dont la membrure supérieure à simple ou double inclinaison règle la pente d'une toiture. Avec les pannes qu'elle supporte, la ferme constitue le principal de l'ossature des combles d'un édifice. On utilise parfois "fermes principales" pour désigner dans les ponts métalliques les poutres porteuses latérales sur lesquelles s'appuie le tablier.

g

Gabarit : n.m. Plaque découpée suivant une forme ou portant des trous et destinée à vérifier une pièce terminée, à oxycouper ou à positionner des scellements ou des perçages, voire des unités de poinçonnage.

Galvanisation : n.f. Application d'une fine couche de zinc, qui a pour but de former un revêtement anti-corrosion.

Gousset : n.m. Pièce de tôle plane, ou parfois légèrement pliée, sur laquelle viennent s'assembler plusieurs barres convergentes.

Grenaillage : n.m. Opération consistant à soumettre les produits sidérurgiques bruts à l'action de grenailles métalliques projetées à grande vitesse par une machine appelée "grenailleuse" pour les débarasser de la rouille et de la calamine avant de leur appliquer un revêtement.

Grue-tour : n.f. Grue à mât vertical et flèche horizontale portant le chariot de levage. Fonctionnant à poste fixe, elle comporte un lest très important à sa base pour éviter tout renversement.

Grugeage : n.m. Opération d'atelier consistant à modifier localement la section d'un profilé par découpage soit au chalumeau, soit à l'aide d'une machine équipée d'un emporte-pièce appelé "grugeoir".

i

Intrados : n.m. Surface intérieure d'un arc ou d'une voûte - Membrure inférieure d'un arc ou intérieure d'un portique métallique. L'usage ramène souvent cette définition à la membrune intérieure des angles d'un portique.

l

Levage : n.m. Ensemble des opérations de manutention s'appliquant au hissage et à la présentation des éléments de charpente métallique, en vue de leur installation sur le terrain ou de leur assemblage aux pièces d'ossature déjà montées.

m

Membrures : n.f. Parties supérieure et inférieure d'une poutre généralement disposées dans deux plans perpendiculaires à l'âme ou au treillis.

Montage : n.m. Opération par laquelle on assemble deux ou plusieurs pièces élémentaires ou des sous-ensembles.

o

Ossature : n.f. Ensemble de toutes les barres d'une construction (poteaux, traverses, poutres, solives...) assemblées entre elles pour former le squelette sur lequel viendront prendre appui les hourdis de planchers, la couverture, les murs et les cloisons d'un édifice.

Ossature secondaire : n.f. Eléments filaires intermédiaires rapportant les efforts des couvertures et bardages sur les structures principales : poteaux, poutres, portiques, stabilités.

Oxycoupage : n.m. Opération de découpe d'un métal par échauffement localisé et apport d'oxygène. La source de chaleur peut être un chalumeau, un jet de plasma, un faisceau laser, voir un arc électrique.

Oxydation : n.f. Phénomène chimique faisant passer un métal à l'état d'oxyde ou de mélange d'oxydes. Dans l'atmosphère , en présence de l'humidièté et de l'oxygène, l'acier se recouvre d'un oxyde de fer hydraté appelé rouille. Bien que le phénomène se ralentisse au cours du temps, il est des cas où la rouille foisonne et peut exercer des efforts d'écartement entre faces assemblées. On protège la surface de l'acier contre l'oxydation par divers procédés tels que l'application de peintures antirouille, la galvanisation, la métallisation, l'électro-disposition d'un métal protecteur. Cette protection est inutile pour les aciers autopatinables et, évidemment, pour les aciers inoxydables.

p

Palée : n.f. Rangée de poteaux métalliques, généralement reliés par des poutres horizontales et des diagonales. L'ensemble de ces barres forme un plan capable d'une rigidité élevée ou, ce qui revient au même, d'une déformation minime. La palée devient alors susceptible de servir d'appui, non seulement aux charges verticales mais encore aux sollicitations horizontales ou obliques agissant parallèlement à son plan.

Panne : n.f. Poutre reliant les fermes dans un comble, et reportant sur celles-ci, les charges transmises directement par les éléments de couverture ou indirectement par les chevrons. La panne est toujours horizontale et sa section peut etre verticale ou perpendiculaire à l'arbalétrier.

Passerelle : n.f. Ouvrage d'art réservé à la circulation des piètons au-dessus d'une bréche, d'une voie de communication, d'un cours d'eau ou entre deux édifices.

Pont roulant : n.m. Appareil de levage circulant sur deux poutres de roulement parallèles.

Porte-à-faux : n.m. Partie d'une construction faisant saillie hors de l'aplomb des éléments porteurs.

Portée : n.f. Distance, mesurée d'axe en axe, entre les appuis d'une poutre, d'une solive ou de tout élément porteur.

Portique : n.m. Assemblage de poteaux et de poutres qui constitue généralement l'ossature principale des bâtiments.

Poteau : n.m. Elément vertical d'une ossature qui supporte essentiellement des charges de compression.

Poussée : n.f. Effort horizontal exercé sur ses appuis par une poutre dont la ligne d'épure est courbe ou brisée.

Poutre : n.f. Elément assez souvent horizontal, recevant des charges généralement verticales. Poutre à âme pleine : Elles sont obtenues soit par le laminage à chaud, soit par l'assemblage d'une âme avec deux semelles ou deux paquets de semelles. Poutres-caisson : comprennent soit deux âmes réunies par des semelles communes, soit deux poutres distinctes solidarisées par des liaisons dans les plans des membrures et certains plans transversaux. Poutres à treillis : Elles sont caractérisées par la forme du treillis qui réunit les membrures et quelque fois par la forme des membrures elles-mêmes. Les principaux types de poutres à treillis sont les suivantes : poutres à membrures parallèles, poutres à membrures non parallèles, poutre gerber, poutre à échelle, poutre alvéolaire.

r

Résille : n.f. Nappe constituée par un réseau ondulé de barres fixées entre elles à chaque noeud, et sollicitées particulièrement à la traction ou à la compression.

Rive : n.f. Extrémité ou bordure latérale d'une plaque, d'une semelle, d'une aile, dans une barre, une pièce simple, une membrure composée.

Rivet : n.m. Fût en acier, équipé d'une tête sphérique ou fraisée, et dont on constitue à froid ou à chaud une tête opposée par forgeage à partir du métal du fût en excès.

s

Section : n.f. Surface obtenue en coupant un volume par un plan.

Solivage : n.m. Ensemble des solives composant l'ossature d'un plancher.

 

© SMB 2017 - Tous droits réservés - Logo SMB